SOUVENIRS...
 
     
 

MONGOLIE: LE DEPART!!!!

...Angelo, mon mari, s’était présenté à l’enregistrement tandis que je gardais à l’abri des regards indiscrets nos bagages à main hors la loi pour le poids. Mais ils semblaient ne pas trop attirer l’attention, c’est vrai que cachés sous les grosses vestes d’hiver et portés comme si ils étaient remplis de plume alors que nos bras touchaient presque terre, c’était assez facile ( ?) de  tromper l’ennemi. Premier contrôle des bagages à main et nom d’une pipe un article à l’intérieur du sac a attiré l’attention. Qu’est que cela sera ??? pensais-je, sûrement un des autoradios destinés aux chauffeurs de notre ami Mejet. Mais non cela ne les intéresse pas le moins du monde, pas plus que les deux bouteilles de champagne emportées pour fêter dignement nos retrouvailles, pas plus que les kilos de chocolat suisse sans compter les deux livres de fables merveilleusement illustrés par un grand amoureux de la Mongolie. Alors je déballe tout, je ne sais plus ce que j’ai mis dans ce diable de sac et finalement ce qui pour eux passait pour un parapluie renversé ou un essuie-glace  se révéla être les deux vieux sièges de pêcheur allant finir leurs vieux jours là-bas dans les steppes mongoles !!! Gentiment on m’aide à remballer et surprise tout rentre du premier coup ! direction porte B25. Embarquement. Queue et voilà que le steward secoue la tête : ce n’est pas la bonne porte !!! Mais comment si à la porte B25 il y a un avion qui décolle pour Moscou à la même heure que le notre ? Est ce une histoire de fous ou une mauvais canular? Où se cache l’ennemi pour lui porter l’estocade ? On nous dit de courir le plus vite possible à la porte 5, nous avions confondu les numéros de sièges 25 avec celui de la porte 5, mais avec tous ces 5 il y avait de quoi perdre son latin non ? Evidemment les escalators n’existent jamais dans ces cas-là pour la montée, trop facile non ??? Alors la peur au ventre, l’angoisse dans les genoux on part, on court que dis-je on vole chacun avec ses 15 kilos de bagages à bout de bras et les vestes d’hiver traînant par terre bourrés de lunettes pour mes œuvres sociales là-bas, elles aussi faisant office de bagages ! Une seule phrase résonne dans nos têtes : on n’y arrivera jamais, on a perdu l’avion et personne ne nous a appelé ! Mais c’était compter sans Gengis Khan qui ce jour là encore veillait sur nous car la porte B5 est là tout à coté et l’embarquement n’a pas encore commencé !!! Les hôtesses de l’air sont en retard restées bloquées ailleurs… Nous jetons à terre plus que nous les déposons ces maudits bagages soufflant comme des bœufs, crachant presque nos poumons et nous serons les premiers à présenter les documents de voyage et à monter à bord. Avec un gros soupir de soulagement  nous prenons place trempés de sueur comme des chevaux mongols sauvages en reprenant doucement nos esprits et nous remettant de nos émotions en attendant les prochaines… Et alors que moins de trente minutes plus tard s’envole notre avion dans les cieux de la plaine lombarde sachant que certains italiens de nos amis scrutaient avec envie les nuages pour nous entrevoir nous savions que désormais la Mongolie n’était plus qu’à un souffle de nous…

…Et serrés comme des sardines, les genoux dans les narines, tout doucement le grand oiseau blanc pris son envol dans le crépuscule russe sans nous doutez que quelques heures plus tard nous aurions la plus belle surprise de notre vie : les steppes mongoles enneigées. Tout simplement grandiose comme ce sentiment de rentrer à la maison qui nous inondait. A perte de vue des étendues blanches, figées sous les cristaux de neige parfois donnant l’impression d’une carte postale en blanc et noir. Gengis Khan, pour notre retour,  avait orchestré le plus beau spectacle qu’il puisse nous offrir : une Mongolie immaculée.

Deux jours après notre arrivée nous voilà sur les routes, enfin les pistes quand 200km après le départ brusquement sans crier gare le moteur nous lâcha ! Arrêtés pour admirer des centaines de grues se réunissant pour la migration vers le désert de Gobi ,leur vol nous fût fatal ! Gengis Khan nous aurait-il à peine retrouvés  abandonnés ? nous ne pouvions le croire ni même l’imaginer ! Ce ne fut qu’après 48 heures  de démontage total du moteur, de laborieux coups de téléphone vers la capitale d’où partirent les secours avec les pièces de rechange tombant eux aussi en panne que nous partiront enfin vers nos prochaines aventures accompagnés de vielles chansons du folklore mongol et de l’ombre désormais bienveillante de Gengis Khan…

La Mongolie se mérite toujours…

 

Pour un voyage en toute liberté : www.mongoliatours.org ou mejet69@yahoo.com en anglais

 

 

<<<<< Récit


           

 
     
 
Home Infos Tsatan Kazak Récit Liens Photos Chauffeur Fête chameaux (Gobi)
 
 
angy8@bluewin.ch (fr, it, en)